Le numérique, de ces idées préconçues !

J’écoutais hier des adultes discuter sur les pratiques numériques de leurs enfants, adolescents. Discussion qui glisse sur les pratiques de nos élèves jusqu’à celles généralement des adolescents.

Un constat est criant: le téléphone portable et plus précisément le smartphone, est devenu inestimable, indispensable, irremplaçable pour l’adolescent.

De cette liste de mots en « able »,  découle la critique. Parce qu’il y a dépendance. Forcément.  Et dérives. Forcément aussi. Les arguments s’enchaînent. L’adolescent se coupe du monde, l’adolescent n’a plus de vie sociale, l’adolescent feinte en cours pour envoyer des sms.  L’adolescent est en connexion immédiate et constante avec son réseau. L’adolescent passe son temps à écrire. 

Nous passons ensuite à la phase: « moi de mon temps ». Je ne voyais mes amis que dans la journée. Il fallait que j’attende tout le week-end pour savoir si mes copines allaient bien. Si j’oubliais mes devoirs, je n’avais personne à qui demander! Si les livres à la bibliothèque étaient empruntés, je n’avais aucun moyen de travailler! … »

J’ai continué à écouter. Sans leur dire que leurs arguments se contredisaient.

Sans leur dire qu’un adolescent qui écrit, qui échange, qui se préoccupe de son entourage, qui se connecte au monde extérieur, qui cherche à récupérer ses devoirs, qui ne s’isole pas, qui développe son réseau social, qui a accès à masse de savoirs…n’est-ce pas un adolescent qui va bien?

Sans leur dire qu’un outil qui offre la possibilité dans le creux d’une main d’être connecté au monde entier, de donner un accès permanent et inépuisable au Savoir et à la Connaissance …n’est pas un bon outil?

Que l’alliance de cet adolescent et de cet outil peut engendrer une fusion incroyable de motivation, d’autonomie, de collaboration, de savoirs et de compétences?

Tout en les écoutant, j’ai allumé mon iPhone, consulté mes mails et pris le temps d’y répondre.

Et là, j’ai entendu « tu vois Laurence, tu es comme tous ces ados, à t’isoler avec ton internet! ». J’ai souri 😉

A l’autre bout de « mon internet», il y avait David Cordina, directeur pédagogique de l’ @afmumbaï. Ensemble nous étions en train d’organiser la formation prochaine que nous animerons en Inde en décembre. Je n’ai pas essayé d’expliquer « encore » ce que « mon internet » m’offre chaque jour comme opportunité et ouverture sociales, culturelles, scientifiques, humaines plus inestimables les unes que les autres.

Bien loin de pervertir, asservir, de cloisonner, de restreindre, d’appauvrir ou d’isoler, le numérique permet des explorations incroyables. C’est ce que je tente de faire pratiquer à mes élèves pour la 4ème année: pousser les murs de l’Ecole, peut-être même les casser!, pour s’ouvrir sur le Monde. Pratiques alliées évidemment à l’Education. Parce que l’outil « internet » a de la valeur si on apprend à l’utiliser. 

L’Adolescent d’aujourd’hui écoute sa grand-mère lui expliquer qu’Internet c’est le mal. Elle devrait se reconnaître sur cette vidéo (ici). A l’époque, le mal c’était le Rock n’ roll ! Et elle aussi était pervertie, perdue: elle hurlait en écoutant ces agités, elle découvrait la télévision et rêvait de marcher sur la Lune !

Advertisements

Une réflexion sur “Le numérique, de ces idées préconçues !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s