Pourquoi j’ai voulu virer ma fille de mes contacts Facebook !

J’ai toujours été catégorique : être ami(e) avec  ses enfants sur Facebook n’est pas une bonne idée. A chacun son espace!  Si je considère que ma fille n’est pas mon « amie » IRL, pourquoi lui donner cette place IVL ?

Je dresse une frontière assez nette dans les relations que j’ai avec mes enfants et avec les enfants de mes proches : si nous nous entendons bien, si nous pouvons parler sans tabou, je ne veux pas être « amie » avec mes enfants . Parce que je suis adulte, parce que je suis parent doublée d’enseignante, j’entretiens cette distance. Un jardin secret d’adulte  que je réserve aux adultes qui me sont les plus proches. Comme je n’aime pas que mes enfants écoutent les conversations  que je peux avoir avec mes amis intimes, j’’entendais préserver cet espace privé et intime aussi sur Facebook.

Et puis mes aînés sont devenus ados. Avec la volonté en entrant au collège d’avoir la panoplie de l’ado idéal qui comprend un compte Facebook.

Puisqu’ils n’avaient pas 13 ans, l’âge officiel d’entrée sur Facebook, j’ai accepté sous conditions. A savoir : un accompagnement en éducation aux réseaux, un accès au compte et au mot de passe (« si besoin ») et l’obligation de nous avoir avec leur père dans leurs contacts.  Ces conditions-là remplies et acceptées, ils se sont lancés…et nous nous sommes retrouvés « amis » avec nos enfants sur Facebook !

Grumph 😦 Ai-je d’abord réagi ! Comme prise au piège de mes propres balises de (sur)veillance ! Parce que je n’avais aucunement envie d’avoir mes enfants amis sur Facebook ! Si eux étaient en construction de leur espace virtuel, le mien était déjà bien établi. Espace que je réserve à un cercle de connaissances plus ou moins proches mais totalement choisi, uniquement composé d’adultes ou de pré-adultes et surtout pas la cour de récré d’ados ! Un espace où je raconte, je publie des infos, des liens, mes coups de gueule, mes saute d’humeur, mes réjouissances, des photos de famille, d’amis, de nos fêtes, de nos vacances, de nos projets … MON espace !

Je refusais depuis  un moment  leurs copains comme amis…et me voilà « amie » avec mes enfants !

Si mon fils (14 ans) a rapidement abandonné tout usage de Facebook bien plus attaché aux jeux vidéos et à ses copains en connexion immédiate et réelle, ma fille (13 ans cette année) est devenue une vraie adepte du réseau se connectant dès qu’on l’y autorise. Elle publie peu mais réseaute beaucoup avec ses amis, ses connaissances mais aussi les amis de ses parents, sa famille, ses grands-parents… et donc moi ! Elle lit chaque mot que je publie, regarde chaque photo, ouvre chaque lien, « like » souvent mais commente rarement.

J’ai failli la virer, j’avoue 😉 Elle et sa grande copine que j’avais acceptée dans la foulée comme « amie ».  Me voilà envahie par les ados certes sympas…mais ados sur MON espace d’adulte.

Mais je n’en ai rien fait. Petit à petit, ce sont mes pratiques du réseau que j’ai modifiées et non pas ma liste de contacts. Pour m’adapter à sa présence : cet espace n’est plus « intime », bascule vers le personnel, se calque sur les relations que j’ai avec mes enfants « intimes d’adulte à enfant » mais pas « intime adulte à intime adulte ».

Lorsque je publie un message, je réfléchis à la portée que ça aura pour elle, quelle image je lui donne, comment interprétera-t-elle mes mots ? Des questions qu’on doit tous se poser : nous publions tous sur le Net pour être lu. Nous devons prendre en compte tous nos possibles lecteurs.

Etre lue par ma fille enrichit finalement ma position sur le réseau. Car Facebook ou tout autre réseau n’est pas un espace de l’intime. Il est « personnel » puisque mien puisque restreint d’accès à qui je le souhaite. Mais n’est pas intime. Comme tout ce que l’on dépose sur Internet. Parce que je publie sur un espace qu’on m’octroie mais qui ne m’appartient pas. Parce que les données qui j’y dépose sont exploitées ou au moins exploitables. Parce qu’on peut me les dérober, les manipuler ou tout simplement les interpréter différemment de leur sens initial.

Ce n’est pas ma fille qui m’a appris ça. Mais elle m’a apporté un regard neuf, un regard complémentaire à celui que je portais déjà à mes publications.

Mon mur Facebook est devenu une sorte de « chronique familiale »  où je continue à poster infos, photos, coups de cœur et coups de gueule, anecdotes. Un journal personnel que j’aime à partager mais qui n’est pas un journal intime. Je réfléchis encore plus aujourd’hui que nous y sommes en contact qu’avant.

Ma pratique du réseau évolue. Après tout, je n’ai que 4 ans d’ancienneté sur Facebook et ma fille déjà 1 an 😉  C’est vraiment la spécificité des réseaux sociaux du net: nous n’avons pas de recul ou très peu face aux générations d’adolescents et d’enfants qui s’inscrivent sur le réseau en même temps que nous. C’est nouveau. Jamais auparavant, dans notre Société, l’Adulte n’a manqué de recul par rapport à l’Enfant. IL avait toujours « un temps d’avance ».  Ce n’est pas le cas avec Internet. Ca désarçonne, inquiète souvent, répulse parfois l’Adulte qui se sent mis en danger.

Ou alors on peut apprendre ensemble. Adulte, parent, enseignant avec l’enfant, avec l’adolescent. Apprendre, réfléchir, , se tromper aussi, corriger surtout pour construire des pratiques cohérentes.

Je garde ma fille comme « amie » sur Facebook … et viendra peut-être un jour où elle aura envie de me virer de ses contacts 😉

Billet dédicacé à Mathilde !

Advertisements

5 réflexions sur “Pourquoi j’ai voulu virer ma fille de mes contacts Facebook !

  1. Telle mère, telle fille. Le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre. Je reconnais là ton entêtement, succombant tôt ou tard aux appels du coeur.

    Voilà un superbe billet, plein de tendresse sous la carapace parentale, qui illustre magistralement comme les médias sociaux modifient les relations et les attitudes et créent une osmose entre les individus.

    Elle est bien chanceuse cette adolescente, tout comme sa mère.

  2. Savez-vous que vous pouvez personnaliser chacun de vos posts et « classer » vos amis dans des liste sur facebook ?
    Moi j’utilise ces listes au quotidien et je trouve ça très pratique de pouvoir jongler entre les différents niveau de visibilité de mes posts.
    Peut-être une solutions à envisager pour vous, non ?!
    Mais ce qui est sûr, c’est que facebook est loin d’être un espace de liberté total 😉
    Bonne continuation !

  3. Un article très intéressant sur l’utilisation qu’il faut faire de Facebook lorsque l’on a des enfants.
    Cela peut être parfois un jeu dangereux et cela de nombreuses jeunes filles s’en rendent compte trop tard malheureusement ! Je tente de protéger au mieux les miennes mais cela n’est pas toujours facile.

  4. Merci pour cette analyse fort honnête et très intéressante, à partir du sens d’un mot tant publicisé -détourné- par Facebook… que bien des inscrits semblent peut-être en oublier le sens premier : « ami » ou non, qu’est-ce que j’autorise, qu’est-ce que je m’autorise. Belle éducation aux médias 😉 Bravo aussi pour vos diverses expérimentations pédagogiques d’autres médias numériques (Twitter etc).

  5. Pingback: Ah si Brigitte Fossey avait eu un compte Facebook ! | From Pennylane to...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s